MARSHALL (A.)

MARSHALL (A.)
MARSHALL (A.)

MARSHALL ALFRED (1842-1924)

La pensée d’Alfred Marshall, fondateur et principal théoricien de l’école néo-classique, premier représentant de l’«école de Cambridge», apparaît comme le trait d’union entre l’économie politique classique (Smith, Ricardo et J. S. Mill) et l’économie contemporaine; en outre, c’est auprès de Marshall que Keynes commença sa carrière. La diversité de sa formation (après des études de mathématiques, il renonça à entreprendre un travail sur la physique moléculaire pour se lancer dans les discussions de philosophie et de théologie sur les fondements intellectuels du christianisme) et la multiplicité des influences qu’il a reçues (la philosophie de Kant, l’évolutionnisme de Darwin et de Spencer, en même temps que la tradition évangélique) ont fait de Marshall un théoricien aux visées amples, qui ne limita jamais ses ambitions à introduire systématiquement (ce qu’il fut un des premiers à faire) la formulation mathématique dans l’exposé économique. Après avoir enseigné à Oxford et dirigé un établissement universitaire à Bristol, il fut professeur d’économie politique à Cambridge entre 1885 et 1908, où il laissa une marque profonde; il fut aussi un membre très actif de la Commission royale du travail (1891-1894).

Bien qu’on puisse — en raison de ses premiers travaux, contemporains de ceux de Jevons — lui attribuer une part de paternité dans le renouveau de l’analyse marginale de la valeur-utilité, son œuvre est essentiellement caractérisée par la conjonction théorique spectaculaire qu’elle opère entre les deux branches traditionnellement opposées de la théorie de la valeur: la valeur-coût des classiques et la valeur-utilité des marginalistes. Son maître livre, les Principes d’économie politique (Principles of Economics , 1890), intègre ces deux orientations dans une vaste construction théorique guidée par le souci — proche de celui de Smith lui-même, le prédécesseur dont il est le plus proche et celui qu’il admire le plus — de refléter fidèlement la pratique économique.

Se défiant, comme son maître Smith, d’un concept simple de la valeur, Marshall réunit d’autant plus facilement les deux traditions d’analyse qui s’y rapportent qu’il les subordonne l’une et l’autre au concept unificateur d’équilibre, instaurant une symétrie presque parfaite entre la valeur-coût (sacrifices, efforts), interprétée comme désutilité, et la valeur-utilité (satisfaction), dont les expressions monétaires respectives, prix d’offre et prix de demande, sont comme «les deux lames d’une paire de ciseaux». En ce sens, cette approche aboutit à une simplification: en considérant pragmatiquement l’équilibre du marché d’un bien, Marshall suppose donnés le prix des autres biens et la constance de l’utilité marginale de la monnaie, construisant ainsi une théorie de l’équilibre particulier, distincte des théories pures de l’équilibre général de Walras, de Pareto et de l’école autrichienne. Certains néo-classiques le lui reprocheront (Robbins, Hicks). Il est d’ailleurs certain que pour le marché des facteurs de production, par exemple, la détermination simultanée des équations pour tous les facteurs pose d’autres problèmes que celle de chaque facteur, dans l’hypothèse où les autres sont fixés.

En fait, cette simplification théorique correspond au souci de rester proche des conditions pratiques de l’économie, où par exemple les facteurs de production interviennent avec un prix d’offre, ce que négligent les théoriciens de l’économie pure. De même, Marshall est conscient du fait que l’équilibre statique de l’offre et de la demande n’est qu’une introduction à l’économie politique: si l’accroissement des quantités demandées mène, par exemple, à une hausse des prix à court terme, ne conduit-il pas, à long terme, à déprimer ces prix, en favorisant une production à large échelle? Loin de simplifier, Marshall affine ici l’analyse marginaliste en y introduisant les conditions de l’offre; refusant, en effet, de s’en tenir au seul point de départ de la théorie du consommateur ou de la demande, il donne explicitement la priorité à la théorie de la production et retrouve par là encore Smith.

Ce nouvel édifice synthétique mène naturellement à de nouveaux concepts riches d’avenir, tel celui de productivité marginale, qui indique à la fois le coût marginal d’un produit en termes de facteur et le prix ou la rémunération du facteur en termes de produit, et qui ainsi prend une place cardinale dans l’explication néo-classique de la production et de la distribution.

C’est surtout l’aspect temporel des phénomènes économiques qui se trouve mis en lumière: en courte période, où les capacités productives et, en général, les conditions de l’offre sont fixes, l’équilibre dépend surtout de la demande; en longue période, toutes les conditions varient, de sorte que le prix d’offre et les coûts qui le déterminent sont l’élément décisif. Cette distinction, qui a certainement beaucoup apporté à Keynes, permet en outre d’homogénéiser la définition de la rente et celle du profit: celui-ci, en courte période, est un surplus sans coût (quasi-rente), alors qu’en longue période il figure légitimement parmi les conditions d’offre. La vocation de synthèse de l’œuvre marshallienne ne doit pas cacher les nombreuses analyses fines que celle-ci contient (théorie de la firme représentative, distinction entre économies internes et externes, etc.). Marchall utilise abondamment statistiques et observations empiriques.

Les Principes trouvent un complément dans Industrie et commerce (Industry and Trade , 1919) et dans le recueil Monnaie, crédit et commerce (Money, Credit and Commerce , 1923), où, à l’aide de la formulation mathématique, l’auteur expose une théorie monétaire en termes de demande de monnaie et reprend la théorie ricardienne du commerce extérieur en termes d’élasticité de demande.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Поможем сделать НИР

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Marshall — bezeichnet: einen häufigen Vor und Familiennamen, siehe Marshall (Name) Amerikanisch englische Bezeichnung für den militärischen Dienstgrad Marschall (britisch englisch: Marshal) einen Polizeibeamten US Marschal, siehe United States Marshals… …   Deutsch Wikipedia

  • Marshall — may refer to: Marshall , a British/Commonwealth spelling for the military rank of marshal Marshall (name) Marshall Aerospace, an aerospace contractor based in Cambridge, England Marshall Amplification, a brand of guitar amplifier Marshall Bus, an …   Wikipedia

  • Marshall — Marshall, WI U.S. village in Wisconsin Population (2000): 3432 Housing Units (2000): 1312 Land area (2000): 1.700412 sq. miles (4.404047 sq. km) Water area (2000): 0.076535 sq. miles (0.198224 sq. km) Total area (2000): 1.776947 sq. miles… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Marshall — es una ciudad del estado de Texas (Estados Unidos) situada cerca de las fronteras de Louisiana y Arkansas, en la Ark La Tex. Marshall es la ciudad principal del Condado de Harrison y tiene 23.935 habitantes (año 2000). Fue fundada en 1841 en la… …   Enciclopedia Universal

  • MARSHALL (T.) — Thurgood MARSHALL 1908 1993 Né dans un quartier pauvre de Baltimore une des villes du Sud historique des États Unis, où la proportion de la population noire est parmi les plus fortes , Thurgood Marshall incarne de manière exceptionnelle la lutte… …   Encyclopédie Universelle

  • Marshall — Marshall: Marshall   общепринятое сокращение (обозначение) имени ботаника, которое добавляется к научным (латинским) названиям некоторых таксонов ботанической номенклатуры и указывает на то, что автором этих наименований является… …   Википедия

  • Marshall & Co — Marshall von 1900 Marshall Co ist ein ehemaliger britischer Hersteller von Automobilen. Inhaltsverzeichnis 1 Unternehmensgeschichte …   Deutsch Wikipedia

  • Marshall — (George Catlett) (1880 1959) général et homme politique américain. Secrétaire d état (1947 1948), il organisa l assistance écon. à l Europe de l O. (plan Marshall, 1948 1952, V. Europe). P. Nobel de la paix 1953. Marshall (îles) archipel du S. O …   Encyclopédie Universelle

  • Marshall, AK — U.S. city in Alaska Population (2000): 349 Housing Units (2000): 104 Land area (2000): 4.724627 sq. miles (12.236726 sq. km) Water area (2000): 0.004052 sq. miles (0.010495 sq. km) Total area (2000): 4.728679 sq. miles (12.247221 sq. km) FIPS… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Marshall, AR — U.S. city in Arkansas Population (2000): 1313 Housing Units (2000): 712 Land area (2000): 2.594508 sq. miles (6.719745 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 2.594508 sq. miles (6.719745 sq. km) FIPS… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”